Prendre en compte localement l’urgence climatique

Parce que nous sommes conscients de l’urgence climatique, de l’effondrement de la biodiversité et de la nécessité de restaurer des écosystèmes dans une démarche de résilience, nous proposons des axes écologiques forts. 

Favoriser les mobilités douces (bus, vélo, marche à pied) en repensant le partage de la voirie et des cheminements piétons continus et sécurisés

Assurer l’accessibilité de la commune et de la gare pour les personnes handicapées, les poussettes, les vélos. Réaliser un maillage de cheminements piétons pour que chacun puisse circuler quotidiennement à son rythme et en toute sécurité. Encourager les déplacements vers les lieux de vie et de loisirs. Réaliser un plan de marche patrimoine, en lien avec les associations, les commerçants, les écoles. 

Accompagner la création de pistes cyclables continues et protégées de la route vers Chasselay, Quincieux et Neuville-sur-Saône. Proposer un stationnement vélo pour tous les utilisateurs à la gare, pouvant accueillir vélo et vélo cargo.

Étendre la zone 30 à St Germain (avenue du 2ème Spahis, chemin de maintenue, avenue de la paix et de la résistance) pour sécuriser les trajets à pied et à vélo.

Faciliter les déplacements des élèves. Le projet du pédibus (lignes pédestres) a été remis en marche par les parents d’élèves de la FCPE et c’est un projet qui doit être porté par la mairie. Nous favoriserons la création de pistes cyclables sécurisées (entre Saint-Germain et Albigny, via Curis) pour les collégiens et lycéens, ce qui leur assure une plus grande autonomie, un exercice physique régulier, réduit la pollution et évite les embouteillages.

Étudier comment accroître les déplacements collectifs en lien avec la SNCF, le SYTRAL et les Saônibus. Permettre plus d’intermodalité en cadençant les transports collectifs, pour assurer des correspondances vers Trévoux. Travailler en lien avec la SNCF pour améliorer la capacité des trains.

Organiser et réguler le stationnement parfois sauvage des navettes bus en gare.

Chercher ensemble des façons de favoriser le covoiturage (places réservés aux covoitureurs.

En concertation avec le syndicat mixte, éviter la dégradation des chemins de campagne trop utilisés. 

Réduire nos déchets en agissant à plusieurs niveaux

Les déchets compostables représentent 1/3 de nos poubelles. Proposer des composts collectifs dans les différents quartiers de la commune et des bennes pour les déchets verts à St Germain, tout en étendant la proposition de broyage actuel. Former les particuliers au compostage et à la production de l’or brun. 

En réalisant des conventions avec des associations spécialisées dans le recyclage (Zéro déchets, Récup et Gamelle, le Repair café de Neuville), en favorisant les échanges de pratique (cosmétiques et produits d’entretien, ou échange de recettes et de façons de cuisiner) dans des espaces dédiés, il est possible d’accroître les savoir-faire des habitants de la commune en matière de réduction des déchets. 

Cette réflexion sur les R (Réduction, Réemploi, Recyclage, Réparation…) pourrait nous conduire collectivement à accompagner la création et la structuration des filières de valorisation matières, avec des acteurs de l’économie sociale et solidaire.

Éduquer au bien-manger et au goût dès le plus jeune âge et réduire le gaspillage alimentaire. Apprendre à manger à sa faim, en privilégiant la qualité à la quantité, permet d’évite les gaspillages inutiles. Nous avons la chance de bénéficier de nombreux producteurs locaux. Nous souhaitons favoriser cet apprentissage en lien avec professionnels (nutritionnistes, chefs cuisinier, institut Bocuse, école hôtelière Vatel Lyon), en relation avec des initiatives nationales telle que la semaine du goût, et en concertation avec les équipes enseignantes. L’installation d’un salad’bar “éducatif”  (mise à disposition de crudités et légumes en libre-service) pourra être un projet permettant d’éduquer et responsabiliser les enfants et de prévenir les risques d’obésité et de diabète. 

Soutenir la création d’une déchetterie rive droite de la Saône (prérogative de la Métropole) pour éviter les trajets jusqu’à Genay. Réfléchir au fait que les déchets d’un jour peuvent devenir les ressources du lendemain.

Mettre en place une politique énergétique à l’échelle communale et intercommunal

Enclencher une démarche territoire à énergie positive, en réduisant au maximum les consommations d’énergie et en développant la production et la consommation d’énergie renouvelable notamment citoyenne. 
Associer ces démarches d’économies d’énergie à une réflexion sur la création d’emplois locaux.

Soutenir les constructions et rénovations à haute efficacité énergétique, ainsi que les conversions de systèmes de chauffage au fioul les plus polluants en accompagnant en particulier les ménages en situation de précarité énergétique. 
Mettre en place des permanences info énergie sur la commune avec des conseillers référents locaux pour les particuliers. Accompagner les particuliers sur l’autonomie énergétique (ex. : installation de panneaux solaires) 

Engager une réflexion sur la rénovation énergétique des bâtiments communaux : diagnostics, isolation, identification des surconsommations, utilisation d’énergies renouvelables… pour une  exemplarité de la collectivité dans le domaine. 

Proposer un livre blanc des solutions de rénovation et d’isolation en matériaux bio-sourcés en lien avec les associations spécialisées (Hespul, Espace info Energie ) Réaliser un répertoire des fournisseurs et artisans RGE locaux mettant en oeuvre ces techniques. Faciliter l’accès aux énergies renouvelables pour les habitants. 

Intégrer un projet intercommunal de production d’énergie verte locale. Mettre en place une centrale d’énergie partagée à l’échelle de notre territoire, sur le modèle des centrales villageoises en impliquant les particuliers, les entreprises et la commune et en travaillant avec les communes voisines.

Négocier auprès de fournisseurs d’énergie verte (électricité via barrages hydro, solaire ou éolien et gaz via biométhanisation) des prix pour la commune et les particuliers (voir l’intercommunalité si d’autres communes participent à cet achat groupé).

Réaliser une évaluation partagée du bilan carbone sur la commune avec des objectifs de réduction. Engager la commune dans une démarche de sobriété énergétique avec l’association Négawatt.

Concerter avant tout projet d’aménagement urbain d’ampleur

L’urbanisation ne doit pas se faire au détriment des espaces naturels et agricoles. La sanctuarisation des espaces naturels et terres agricoles s’est faite au travers de la Protection des espaces naturels et agricoles périurbains (PENAP) de la Métropole de Lyon et par la mise en place de couloirs écologiques. Notre participation active dans le Syndicat mixte des Monts d’Or y contribuera aussi. Notre vigilance sur le PLU-H, notamment lors des prochaines modifications et prochaines révisions, confortera nos espaces.

Renforcer la place de la nature dans notre village. Favoriser l’implantation de végétation au sein du village pour favoriser l’évacuation de la chaleur en période de canicule. Encourager les plantations dans les délaissés, parcelles et intérieurs d’îlots, pieds d’immeubles. Accompagner les habitants dans le développement de jardins favorables à la biodiversité (conférences, ateliers, ressources, liens avec associations naturalistes Arthropologia, France Nature Environnement, LPO, FRAPNA…)

Renforcer la gestion différenciée et écologique des espaces verts de la commune. Développer des zones de biodiversité dans les espaces publics. Introduire des essences végétales adaptées à des climats plus chauds. Poursuivre le partenariat initié avec l’association des croqueurs de pommes pour la mise en place de zones de conservation d’espèces fruitières. 

Préserver les fonctions écologiques des sols. Étudier la transformation de certaines zones de stationnement existantes en parkings enherbés perméables.

Pour aider à la protéger, faire connaître la trame verte et jaune existante qui s’appuie sur la structuration de filières agricoles, bio et locales (corridors et réservoirs écologiques et prise en compte de la menace écotoxicologique pesant sur la biodiversité). Inciter à l’arrêt des pesticides de synthèse sur tout le territoire de la commune.

Engager une réflexion de fond sur l’usage et la préservation de l’eau au niveau communal. Systématiser les dispositifs de récupération de l’eau de pluie.

Montrer l’exemplarité de la puissance publique

Mettre en oeuvre des critères sociaux et environnementaux dans les appels d’offres et dans la gestion des espaces communaux. Favoriser les achats responsables et solidaires. Se fournir en énergie verte.

Pour assurer une cohérence de la politique locale, veiller à la composition des produits d’entretien utilisés dans les écoles, crèches, et bâtiments publics. 

Télécharger le tract de campagne (PDF, 709 Ko)